Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/03/2010

ADIEU JEAN FERRAT

Je suis triste : Le chanteur de mon adolescence s'est éteint samedi dernier.
Il était aussi ancien éléves du Lycée Jules Ferry de Versailles.  
Je ne peux que ressortir la note que j'avais écrite lors du centenaire de la "boite à Jules en Octobre 2008.
============================================================================================

JULES FERRY VERSAILLES -- UN GRAND ANCIEN : 

.

- Sa fiche d'entrée à jules Ferry :

medium_ferrat_fiche_jules_IMG_8349.jpg

-Sa photo de classe:

(Entre parenthèse, une rare trace photographique des salles d'études détruites vers 1980)

medium_ferrat_IMG_8348.jpg

-En gros plan :

medium_ferrat_2IMG_8348.jpg

Vous l'avez bien sûr reconnu,

Il s'agit du futur

J  E  A  N     F  E  R  R  A  T.

medium_ferrat_150.2.jpg

Toujours fidéle à l'Amicale.
Mais cette année,
 il n'a pas pu participer à cette journée du centenaire.

medium_ferrat_signature_IMG_8345.jpg

.

Voici cependant le poême qu'il avait écrit en 1992 pour les 85 ans de la Boite à Jules :

Je vous transcris ce texte. J'ignore s'il a été mis en musique : 

 .
AU LYCEE JULES FERRY

.

O fou rire inextinguible

Qu’on ne peut à aucun prix
Comme la flèche à sa cible
Arrêter s’il est parti
O fou rire inexpiable
Qui vous casse qui vous plie

Le corps en deux sous la table

Sans savoir pour quoi pour qui

Je n’ai jamais autant ri
Qu’au Lycée Jules Ferry!

Au sortir de cette guerre
Qui me laissait tout meurtri
La vie semblait plus légère

Pauvre enfant de la Patrie

Et les robes printanières

Des filles de Satory
Dans mon cœur en bandoulières

Mettait le charivari

Je n’ai jamais autant ri
Qu’au Lycée Jules Ferry !

C’est en classe de seconde

Qu’il fallut gagner ma vie
Je dus affronter le monde

En quittant Jules Ferry

Si je n’ai plus souvenance

D’histoire ou géographie
De mathématique ou science
Un grand soleil me poursuit

Je n’ai jamais autant ri
Qu’au Lycée Jules Ferry!

Professeurs de mon enfance

N’y voyez pas moquerie

Pardonnez mes ignorances
Comme mes étourderies
C’est grâce à votre conscience

Votre patience infinie
Envers mon adolescence

Que je suis ce que je suis

Moi qui n’ai jamais tant ri 
 Qu’au Lycée Jules Ferry .

Jean FERRAT.

.

Superbe ode au Lycée Jules Ferry. Seul Jean FERRAT pouvait le faire de cette façon...

.
 Un portrait express de Jean Ferrat :
Jean Ferrat (Jean Tenenbaum) est né le 26 décembre 1930 à Vaucresson .
Dernier de quatre enfants d'une famille juive modeste qui s'installe à Versailles en 1935 il poursuit ses études au Collège Jules Ferry. Son père est déporté par les nazis et meurt à Auschwitz. Il doit quitter le lycée pour travailler afin d'aider sa famille. Déjà, il est attiré par la musique et le théatre
Au début des années 1950, il entre dans une troupe de théâtre, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz.  En 1956, il met en musique Les yeux d'Elsa, poème de Louis ARAGON qu'il admire.
Son premier 33 tours sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM. Il entame une longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure.
Jean Ferrat habite dans la commune d'ANTRAIGUES-SUR-VOLANS en Ardèche, qui lui inspirera d'ailleurs la chanson "La Montagne".

.

Jean FERRAT :

-------------------------

.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique