Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/12/2016

LE BEFFROI DE DREUX VIENT DE SOUFFLER SES 500 BOUGIES

 

500 ans beffroi a.jpg

 

 

Notre bon beffroi construit sous le règne de François 1er a désormais plus de 500 ans.

 Avant de vous parler des cérémonies d'anniversaire, voyons la biographie de ce monument cinq fois centenaire.

  

 

- Construction du Beffroi de Dreux 
Des touristes, en passant devant notre vieux Beffroi, pensent qu’il s’agit d’un monument religieux. C’est tout le contraire. Ce bâtiment essentiellement laïc, affirmait la puissance économique communale des bourgeois drouais face à l’autorité royale, représentée par le comte dans son château et celle religieuse, des chanoines de la collégiale Saint Etienne

À la période faste de la Renaissance la ville de Dreux, grâce à ses nombreuses activités comme la vente de draps, de cuirs et de vin était devenue indépendante et riche. Pour le faire savoir, rien de tel que d’ériger une magnifique et haute maison de ville, devant la Grande Rue près de la halle aux grains et regardant en ligne droite l’arrogante forteresse comtale et l’élégante collégiale St Etienne.

En 1512, le maire de Dreux, Pierre Gravelle, décida avec l’appui du comte Alain d’Albret de construire une majestueuse maison de ville. Pendant 25 ans, sous le règne du roi François 1er, les Drouais érigèrent leur Hôtel de Ville avec l’aide bienveillante de leurs comtes, Alain, Jean et Jeanne d’Albret. Cet Hôtel de Ville construit comme un donjon fut nommé au vingtième siècle (quand il ne fit plus office de mairie), le «Beffroi». Il remplaçait au même endroit un édifice beaucoup plus modeste. Selon certains, cet Hôtel de Ville se trouvait à la Porte Chartraine, entre la tour actuelle Hennequin et une tour disparue. En réalité la mairie s’y serait probablement réfugiée provisoirement pendant les longs travaux du nouvel Hôtel de Ville
En 1512, Pierre Caron maître maçon commença le creusement des fondations, des travaux longs et difficiles dans un sol sableux infiltré d’eau. L’emploi de nombreuses poutres de chêne fut nécessaire pour stabiliser le monument. Cela nous évoque la construction d’un parking sous-terrain en 1990 qui entraina de nombreuses fissures à notre pauvre Beffroi devenu branlant. Nos contemporains n’avaient donc pas retenu les leçons de nos ancêtres drouais.
En 1516 à la mort de Pierre Caronles fondations terminées, le maître maçon Jean Desmoulins commença l’édification du futur beffroi. Il fut assisté puis relayé par le maître maçon Clément Métezeau.  Le terme d’architecte n’existait pas à cette époque. Le titre «d’architecteur» apparut vers 1650 et fut attribué au premier fils de Clément Métézeau, Pierre–Jean, maître d’œuvre de la ville et de l’église St Pierre. Les petits-fils de Clément, Louis et Clément II, devinrent «architectes du roi» d’Henri IV et de Louis III.

• Clémen1er Métezeau participa à la fois à la construction du beffroi et à l’élévation du premier étage des deux tours et du portail de l’église Saint Pierre. Les pierres blanches, incrustées de silex noir, utilisées pour l’édification de ces deux monuments provenaient des carrières de Vernon. Les ardoises, pour la toiture du Beffroi, venaient de Rouen. Ces matériaux étaient transportés par les cabotières navigant sur l’Eure et la Blaise. Certaines similitudes dans la mise en place des éléments de construction du Beffroi et de l’église font penser que les mêmes maçons et tailleurs de pierre ont travaillé par intermittence sur les deux monuments
Découverts vers 1990 lors de travaux dans l’actuel restaurant Dante, des graffitis datés de 1483 et deux enveloppes de cartes à jouer de 1540, prouveraient l’existence, à cet endroit, d’une maison de compagnonnage des maçons et tailleurs de pierres œuvrant à Dreux.

Le Beffroi : architecture et fonctions


La construction du Beffroi de Dreux
 dura près de 25 ans, de 1512 à 1537. Pendant cette longue période, l’architecture évolua en passant du style gothique au style renaissance.

beffroi restauration 1.jpgCe changement est tout à fait perceptible dans la construction et les décors sculptés de notre Beffroi drouais

Le rez-de-chaussée, conçu à partir de 1516 par Jehan des Moulins,(date dont nous fêtons les 500 ans) conserva le style gothique flamboyant, notamment par une superbe porte d’entrée ogivale sur la Grande Rue. Les étages furent construits de1520 à1537 par Clément Métezeau qui adopta pour le premier étage, le style gothique de transition.

Le second étage est de pur style renaissance. La Maison de Ville dans son donjon carré fut terminée en 1537 et commença pour plus de trois cent ans son rôle de Mairie. Remarquons que le Beffroi dresse fièrement sa superbe façade ornée de cinq magnifiques fenêtres, face à la grande rue et au château représentant l’autorité royale.
• Par contraste, deux autres côtés sont en partie aveugles et l’arrière reste austère sans décoration particulière, donnant sur un enchevêtrement de maisons autour d’une cour et d’un puits, car la place Métézeau ne sera dégagée qu’au 19°siècle. L’entrée de cette cour dite «Cour Maupin» se faisait par un porche d’une maison accolée au Beffroi, dont on voit encore la trace du pignon sur le côté rue St Pierre. Côté Porte Chartraine, la Rue au Change, tournant entre les maisons et les fortifications de ville, menait au cimetière le long de l’église St Pierre.
• A l’intérieur de ce donjon municipal, 3 salles carrées de 15 mètres de côté en étage sont reliées par un étroit escalier de pierre en colimaçon.
La salle basse possède une voûte remarquable de style gothique flamboyant. Elle 500°beffroi photos plafond.JPGrecevait les réunions publiques, en particulier les séances du tribunal civil, présidées par le lieutenant général du baillage représentant la justice du roi et remplaçant le maire en cas d’empêchement. Cette salle communale était ouverte au public et s’ouvrait directement sur la Grande Rue par le beau portail en ogive.Le maire et ses échevins officiaient aux premier et second étages. Ils entraient par la petite porte privée donnant côté Rue au Change et montaient aux étages de la mairie, par l’étroit escalier en pierre. L’accès de la salle basse réservée aux représentants du roi était séparé de cet escalier par une porte souvent fermée.

• La salle du premier étage.  dont on peut admirer le «plafond français» en caisson, servait de bureau et de salle de réunion au maire et à ses échevins.
• La salle du second étage au plafond typiquement renaissance servait de réserve utile en cas de siège. Nourriture, sacs de blé et armement y étaient transportés par un système de monte-charge, par l’extérieur, que l’on peut encore observer de la place Métézeau.
Contrairement à la salle basse, dévolue au public, les étages réservés à la mairie sont dotées de cheminées magnifiquement ornées.
• Le Beffroi, d’une hauteur de 34 mètres, servait à la fois de poste d’observation, en prévention à d’éventuels incendies ou mouvements de troupes hostiles et de support à la cloche le «bourdon», fondue en 1561, qui avertissait les habitants de Dreux d’événements importants et des réunions du conseil municipal. Une charpente impressionnante de 15 mètres de haut, couverte d’ardoises et surmontée d’un campanile, termine cet élégant Beffroi.

• Le Beffroi fit fonction de mairie de Dreux jusqu’à la fin du XIX° siècle. 

dreux,beffroi,500ans du beffroi

 

Si vous n'avez pas eu l'occasion de visiter ce monument historique, fierté de la la ville de Dreux, ou pour mieux le connaître, je vous conseille vivement l'ouvrage collectif dirigé par Eric Lenud. (que l'on peut acquérir à la librairie de la Rose des Vents).

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------- 

En 2016 nous fêtions les 500 ans de la pose de la première pierre de la construction du beffroi.
En 2035 nous célébrerons la mise en fonction de l'hôtel de ville par la dépose des clefs de la ville par le maire de la ville et ses échevins.
En 2037, nous célébrerons l'achèvement définitif des travaux en présence de la comtesse de Dreux,Marie d'Albret.

Je ne sais si vous y assisterez....Mais moi c'est sûr j'y serai

(je n'aurai que 91 ans).....

01/04/2008

DREUX EN PEINTURE : JOUR DE MARCHE.

Je remercie BALBUZARD d'avoir exposé sur son blog la très belle gouache de Frank WILL.

DREUX jour de Marché.

medium_DSC_0002.jpg

-J'ai retrouvé sur le net, toujours sur le même thème (Jour de marché à DREUX -Frank WILL) mais cette fois ci en aquarelle.

medium_frak_will_dreux_marché.jpg

-Curieux j'ai dans l'oeil de ma mémoire un tableau (huile) toujours sur le même thème et du même peintre..
Mais oû.?. je n'en ais pas souvenir.

Peut-être au musée Marcel DESSAL ? Il faudra que je vérifie.....

 

.

Frank WILL (1900-1950)

Fils cadet du peintre Frank Myers Boggs, Frank-Will fut une figure familière de la Butte Montmartre. Il reste le témoin, parfois l'acteur d'une bohème aujourd'hui moribonde. Ce rôle de "viveur", de rapin qu'il tiendra jusqu'à la fin, a peut-être nui, en définitive à sa réputation : le peintre vaut mieux que sa légende et le grouillement coloré de ses rues parisiennes trahit un coloriste d'une sensibilité beaucoup plus fine que celle qui apparaît sous la rude écorce du personnage.
Ce paresseux est un travailleur acharné, cet anarchiste brûle de s'exprimer, de s'attacher à son métier de peintre. Une originalité indéniable se dégage de son naturalisme.

 

.

Pourquoi Frank WILL est-il venu peindre à Dreux, lui le Montmartrois Franco-Américain ?.
Etait-il ami avec Montézin ou Bellanger les peintres de Dreux de l'époque ?

.

.

Bon, en attendant une réponse peu probable, voici un autre tableau plus ancien présentant la même scène.

medium_IMG_5715.2.JPG
  

-Des cartes postales (1920)du même endroit. mais sans marché. A la place, un mariage). 

medium_beffroi_3.2.jpg

 

medium_IMG_3849.JPG

-Photos de la Place actuelle. Le marché n’a plus lieu à cet endroit (Place Métézeau ) depuis longtemps ... 

medium_IMG_2841.JPG

15/01/2008

DREUX. La patinoire a fait recette..

Dreux a voulu cette année faire comme Paris :
 Avoir sa patinoire pour les fêtes de fin d'année , en plus petit bien sùr.
La Grand 'rue n'est pas aussi spacieuse que la place de l'Hotel de Ville mais quand même,
Comparons : 

1-La Patinoire parisienne. (il y a même une piste de luge).

medium_IMG_4368.2.JPG
medium_IMG_4371.JPG
medium_IMG_4377.JPG
medium_IMG_4374.JPG
medium_IMG_4376.JPG
.
.
.

2-La patinoire drouaise.
(A la fermeture le 6 janvier, prés de 15000 paires de patins auraient glissé sur la piste. Un succés donc. A renouveler l'an prochain).
En tout cas mes Zouzous s'en sont donné à coeur joie.

medium_IMG_4615.JPG
medium_IMG_4626.JPG
medium_IMG_4636.JPG
medium_IMG_4654.JPG
medium_IMG_4650.JPG
medium_IMG_4658.JPG

En fait, restons modestes, ce n'est pas Paris que Dreux a voulu copier,
mais sa "capitale" Eurélienne Chartes qui présente une patinoire depuis quelques années. 

06/11/2007

Mieux vaut tard que jamais.

 

1- LE  BEFFROI  EBRANLE.

.

Dans son numéro daté du premier Avril de 1988 ou de 89, le journal local drouais « l’action Républicaine » annonçait une nouvelle que j’ai réellement prise à l’époque comme étant un « poisson d’Avril " :
-«  Un parking souterrain de trois étages sera bientôt construit sous la place Métézeau. »
 -« Impossible, » fut ma première réaction,
-« Il vont faire écrouler notre bon vieux beffroi ».

.

Eh bien non !, ce n’était pas un poisson d’Avril.
.

Un parking a bien été construit en sous–sol, place Métézeau, au pied du Beffroi cinq fois centenaire.  

Mais ce fut un véritable feuilleton.

-D’abord, en creusant dans le centre historique d’une des plus vieille cité française, on ne peut que tomber sur des vestiges historiques. Des archéologues ont débarqué avec leurs truelles et leur matériel de fouille en retardant, bien sûr, le chantier de plusieurs mois. De nombreuses sépultures datant du moyen âge ont donc ainsi été découvertes.


 - En creusant, la nappe phréatique a été touchée et les pluies aidant, l’énorme cratère s’est rempli d’eau. Une barque, fut même utile pour continuer les travaux.


-Le site se trouve être l’ancien lit de la rivière, donc très sableux, difficile pour couler le béton.


-Bref, devant ces difficultés, décision fut prise de ne plus faire que deux étages de parking au lieu des trois prévus.


-Le Chantier fut plus long que prévu en durant plus de trois ans (de 1989 à 1993)
-Il y a probablement eu des dépassements de budget.


-
Mais, cerise sur le gâteau, ce que j’avais prédit (Je n’étais pas le seul, loin de là, à le faire) s’est réalisé : Par les vibrations des machines, par les infiltrations d’eau, par les glissements du  terrain sablonneux,  notre bon vieux beffroi datant du début du XVI éme siècle, s’est fissuré gravement .

Une bataille juridique s’est entamée entre la Ville de Dreux et les entreprises concernées.
Le Beffroi fut fermé au public et des travaux de consolidations d’urgence ont été réalisés.
La ville ayant gagné son procès les travaux auraient du démarrer en 2002 pour ouvrir le bâtiment en 2003-2004. 
Mais les lenteurs administratives, vous savez ce que c’est….

 .
.

Enfin c’est parti, en cette fin de 2007. 
 Les travaux de consolidations ont vraiment débuté.
Ils devraient coûter autour d’un  million d’Euros.
Moi, ce qui m’intéresse surtout, c’est de pouvoir à nouveau visiter l’intérieur de ce monument cher à mon cœur de Drouais.

 

 

medium_IMG_3691.JPG

 

medium_IMG_3689.JPG

 

medium_IMG_3688.JPG

 

medium_IMG_3686.2.JPG
medium_IMG_3948.JPG
medium_IMG_3949.JPG
medium_IMG_3951.JPG
.
.
 

2- CLOCHEMERLE  LES  DREUX.

Petite anecdote relatée par mon ami jack du blog « Clochemerle les Dreux ». :
 

Il y a un an, un individu, à la prostate fuyante, a été interpellé urinant contre le mur de notre bon vieux beffroi. En payant son amende méritée, il a argué du fait qu’il n existe pas  de latrines dans le centre de Dreux.
En se grattant la tête, les autorités ont essayé de résoudre le problème.
Finalement des toilettes furent bricolées à l’intérieur du parking Métézeau, source des malheurs du Beffroi.
Cette structure « Eaux fermées » (WC en Anglais) n’est pas très bien indiquée. C’est grâce au blog de Jack que j’en ais découvert l’existence.

Mais personnellement, je connais en cas d'urgence, quelques endroits secrets,  que je ne révelerai pas, même sous la torture. 

.  

medium_IMG_3693.JPG
medium_IMG_3692.JPG
.
.
Au fait, Jack, dans Clochemerle,  il s’agit bien d’une latrine, urinoir, pissotière que le maire veut faire installer tout prés de l’église ?.
medium_clochemerle.jpg
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique