Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/09/2008

POUR HENRI.

Dans son commentaire sur ma note "Souvenir d'en banque-la mignonne mini-jupe", 
Henri, "Laissez Jazzer" me pose la question suivante :
 une spaekerine de la télé avait, malheureusement, été remerciée, au début de la mini jupe car elle exposait des gambettes magnifiques; je ne sais pas si ce sont des bonnes soeurs ou autre grenouilles qui n'ont pas supporté!
je ne sais plus son nom.
.
Il s'agissait  de Noelle NOBLECOURT.
.
Un commentaire sur le net : Effectivement, c'était Noëlle NOBLECOURT. L'épisode a eu lieu en 1964 pendant l'émission "Télé Dimanche", diffusée à l'époque le dimanche après-midi (à une heure de grande écoute, donc).
Je ne veux pas entrer dans les détails, mais les genoux de cette speakerine n'ont été qu'un prétexte dans cette affaire. L'attitude des autres protagonistes de l'émission n'était pas très claire. Mais c'est elle seule qui a servi de fusible
...
.
Je n'ai trouvé sur le net que cette photo.:

medium_noelle_noblecourt.jpg
Mais je dois avoir dans ma collection de télé 7 jours des photos d'actualite de 1964.
Mais il faut que je farfouille , il n'est pas sur que je trouve....

Les moeurs ont bien changées en quarante ans..
-En 1964 c'était encore le rêgne de tante Yvonne;
-Ce n'est qu'en 1965, par exemple que la femme mariée devint indépendante de son mari pour ouvrir un compte en banque...
-En 1974, (aprés 68) l'évolution était en marche, La petite étudiante en était un des fleurons. Mais il y avait encore beaucoup à faire pour les femmes.
-A cette époque en banque, il était interdit pour les femmes de porter le pantalon...
Une femme un peu trop enceinte était retirée de la vue des clients que son état pouvait indisposer.
.etc.. etc...

15/11/2007

L'OBJET DE LA SEMAINE -10-la solution.

A mes débuts bancaires, je tenais la caisse d'une agence. (je crois qu'il s'agissait pour cet objet, de l'agence de la rue du bac).

Dans tous les "outils" à ma disposition figurait ce cache.

Il devait permettre à un aveugle ou mal voyant de remplir un chèque. 

Je n'ai plus de formule de chèque de l'époque au format pour lequel est concu ce cache d'aide à l'écriture.

Cette photo essaie d'en montrer l'utilisation.

medium_IMG_3297.JPG

 

Je dois avouer que je n'ais pas souvenance d'avoir fait utiliser ce cache à l'un de nos clients non voyant.

J'avais bien sûr des clients non voyants. Mais j'établissais moi-même les chêques à la demande du client, en présence d'un "gradé" qui contresignait...

Et comme ces chéques concernaient le plus souvent des retraits en espèces, la personne non voyante pouvait contrôler en recomptant les billets et en les reconnaissant au toucher.

Je pense que les outils informatiques peuvent palier actuellement ce genre d'inconvéniants.

 

04/03/2007

LES VIEILLES GRILLES.

medium_DREUX_BNC_2007_a.JPG

medium_DREUX_BNC_2007.JPG

Cette grille fait partie d’un groupe de trois identiques et se trouve en arrière boutique d’un magasin de mode féminine dont la façade est grande rue.

Au milieu; quatre lettres entrelacées B.N.C et I. Dans les années trente se trouvait à cet emplacement la succursale drouaise de la banque nationale pour le commerce et l’industrie.

Quand je passe devant ces grilles, j’y vois encore derrière les fenêtres fermées, l’ombre de ma maman. En effet, elle y a travaillé deux ou trois ans comme employée. Puis elle est partie de Dreux en suivant Papa à Paris, pour l’agence d’Asnières. Mais elle a du quitter la BNCI qui, en perdant le I est devenue la B.N.C. Ce rétrécissement de sigle était du aux suites de la crise de 29.

Selon les dires de maman, un vieux monsieur à Dreux , ayant perdu une grande partie de sa fortune en bourse, se serait suicidé avec un revolver en laissant une lettre demandant pardon à ses enfants. Je n’ai jamais très bien compris si le suicide avait eu lieu dans la salle des coffres ou au domicile du vieil Homme. Ce que je sais, c’est que Maman était restée traumatisée de cet acte de désespoir toute sa vie. C’est pour cela et pourtant ancienne employée de banque, qu’elle n’a jamais voulu entendre parler de bourse, de « boursicotage », comme elle disait…

L’agence drouaise devenue BNC a quitté la Grande Rue pour la place Métézeau, (où se trouve maintenant un laboratoire d’analyses médicales). Puis la B.N.C est devenue B.NP. (Banque Nationale de Paris) vers 1959. Puis elle est revenue il y a quelques années, en Grande Rue mais à un autre endroit. Elle a encore changé de nom en devenant BNP-PARISBAS.

Je suis heureux que depuis plus de soixante ans ces grilles qui n’ont plus d’utilité commerciale soient ainsi conservées et entretenues. Je serai désolé si un jour elles devaient disparaître.

medium_DREUX-BNCI_1930.JPG

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique