Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/12/2016

UN FAIT D'HIVER CONTE DE NOËL.

UN FAIT D’HIVER, CONTE DE NOËL.


cure-abondant-meunier-25-dec-1951.jpgLe 26 décembre 1951, voilà juste  soixante cinq ans,  l’Action Républicaine publiait l’article suivant :
  

-LE CURE D’ABONDANT se noie dans la mare, la nuit de Noël.
 Agé de 72 ans, l’abbé MEUNIER, curé d’Abondant depuis plus de 40 ans, revenait de la messe de minuit, le soir de Noël quand trompé par l’obscurité et les rafales de pluie, il alla glisser et tomber dans la mare communale. Mardi, vers 6 heures, sa servante inquiète de son absence, donna l’alerte dès qu’elle eut découvert près de la mare la coiffure du malheureux  curé. Les phares  d’une voiture braqués, on aperçut alors le corps du disparu dans l’eau, la congestion ayant provoqué la mort sans aucun doute. L’abbé MEUNIER  tenait encore le calice et la clé de l’église. Vive émotion  très naturelle dans le pays, on s’en doute.


1947-curé d'abondant.jpg 
Ce drame de Noël a fortement ébranlé les membres de ma famille habitant alors le  village d’Abondant. Moi aussi, rétroactivement, car ce brave curé  m’a tenu sur les fonds baptismaux en Février 1947 dans l’église St Pierre d’Abondant. Bon, d’accord à 10 mois, je manifestais déjà mon désaccord avec le Bon Dieu en braillant à gorge déployée. Ma marraine a dû m’emmener hors de l’église pour me calmer. Mais le froid glacial de Février a vite remis mes idées en place en trouvant que la douce chaleur de l’église et la bienveillance de l’abbé MEUNIER (représentant du petit Jésus) avaient quand même du bon..

 

-Voici la version de ce douloureux fait divers,recueillie auprès de témoins d’époque. :

 Après la messe de minuit de ce Noël 1951, le prêtre s’est isolé dans la sacristie. La tradition voulait alors, la nuit de Noël, que le prête fasse seul trois messes basses. Dans le conte «les trois messes basses», des Contes de mon Moulin d’Alphonse Daudet, le curé de Trinquelage, très pressé de déguster la dinde de Noël bâcle les trois messes basses, et pour ce blasphème, se retrouve en enfer. Ce ne fut pas le cas de l’abbé Meunier qui trône certainement depuis soixante ans à la droite du Bon Dieu au Paradis!

-A l’aube, on a retrouvé son corps flottant dans la mare située juste derrière l’église. Peu profonde, à l’eau stagnante et verdâtre de lentilles d’eau, elle sert d’abreuvoir aux troupeaux de vaches et aux chevaux des fermes avoisinantes. Cette mare, la plus grande du pays se trouve à 10 mètres environ de la nef de l’église et de la petite porte donnant à la sacristie. Le curé bien sûr, en connaissait parfaitement bien l’emplacement.

-L’enquête des gendarmes a conclu à un accident, dû probablement à la nuit, au brouillard et au froid. L’éclairage public est encore faible dans les petits villages à cette époque. Une fine couche de glace, bien trop mince pour supporter le poids d’un homme, recouvre la mare. La noyade a peut-être aussi été due à un malaise. 

abondant église mare 2

Ce drame a frappé les esprits pour longtemps en laissant planer un soupçon de mystère. La mare fut bouchée  peu de temps après et transformé en terrain gazonné.

Mais quelle mort exceptionnelle pour un curé de campagne de rejoindre le Seigneur la nuit de Noël.

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique