Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/05/2008

6-SOUVENIRS BANCAIRES-C.I.C.

LES COFFRES (1)

 

Un des lieux les plus emblématiques d’une banque reste la salle des coffres.

Cette salle censée renfermer des trésors enflamme les imaginations dont  celles des perceurs de coffres forts.

.

A la fin des années 60, les lois dites « Debré (Michel Debré, ministre des finances d’alors) réorganisent le système bancaire en obligeant (entre autres mesures) les patrons à payer les salariés au moyen de chèques ou de virements. La « bancarisation » des Français, c'est-à-dire le besoin d’ouvrir un compte en banque fut presque totale .

Le nombre d’ouvertures  de nouvelles succursales bancaires a alors explosé.

Les banques se battaient pour acquérir des cafés et brasseries, bien situés. : A l’angle de rues passantes, sur de grandes places ou devant des mairies, des églises, etc.
En effet, ces établissements limonadiers possèdent une grande cave dans laquelle peut s’installer en toute sécurité une salle des coffres……

medium_salle_swiss-federal-bank-zurich-372x299.jpg

.

M’occuper de la gestion et de la « descente aux coffres » en succursale au début des années 70 fut pour moi  l'occasion  d'engranger plein d'anecdotes souvent cocasses.

.

-1-En classant les fiches cartonnées d’ouverture de coffre il m’arrive de rencontrer un passé quelquefois douloureux.

 

-a- Par exemple je suis surpris de constater  sur de très vieilles fiches  des années 40, la présence de cachets allemands à l’encre violette et à la croix gammée.

Un client  de soixante dix ans en signant sa carte de descente aux coffres estampillée aux armes de l’armée d’occupation, me raconte ému :

-«  En 1940, les Allemands ont convoqué tous les possesseurs de coffres pour faire l’inventaire de l’or conservé dans les coffres des particuliers. D’où le cachet prouvant leur passage. L’or fut en partie confisqué et peu rendu à la Libération. «  

Et le client continua, un sourire en coin :

-« j’ai réussi à sauver une partie de mes Napoléon en les cachant dans mes chaussettes. »…

 

-b-Je trouve aussi des mentions impensables même en cette année 1973 :

 La mention et la signature du mari autorisant son épouse à ouvrir un compte en banque et à se servir d’un coffre. En effet, la femme mariée jusque dans les années soixante était considérée comme mineure,  sous tutelle de son mari.
 Une autre mention m’interpelle. : « Mademoiselle X,  Célibataire majeure. » Ceci pour les dames non mariées que l’on appelle encore les « vieilles filles ». Il faut dire que nous en avons deux spécimens à la Succursales. Deux « gradées » d’une cinquantaine d’années. Toutes les deux se sont « sacrifiées » pour s’occuper de vieux parents. Si l’une est douce et souriante l’autre est d’aspect plus revêche. Elle tient comme à la prunelle de ses yeux à ce qu’on l’appelle « Mademoiselle ». C’est une grande voyageuse de par le monde. En partant  en dehors des vacances scolaires, elle  bénéficie de journées supplémentaires de congés. Et la faire raconter ses voyages lointains nous permet, nous le personnel « non gradé », de lui faire oublier de contrôler avec minutie notre travail de la journée.….

.
.-2-L’utilisation des coffres est parfois surprenante.-

Les clients engrangent toute sorte de choses dans leur coffre. Bien sûr, des espèces, de l’or, des bijoux, de l’argenterie,des documents importants dont des titres, actions ou obligations qui sont encore « matérialisés » en papier. 

Mais d’autres choses plus étranges peuvent y être entreposées.

De nombreux exemples me viennent à l’esprit :

-Un Photographe professionnel y protége ses précieux négatifs.

-Un malade obsessionnel y planque son stock de médicamentes.

-Un pratiquant de tir sportif y  cache ses pistolets de précision avec ses munitions (ce qui est en principe prohibé).

-Beaucoup de clientes du beau monde y entreposent leurs couverts en argent qu’elles empruntent le temps d’un repas ou d’un week-end.
-Une jeune femme chaque fois qu’elle part pour plusieurs jours, y éloigne des voleurs une précieuse icône familiale en bois.. Hélas, après plusieurs jours, enfermé dans le noir, le bel objet s’est fendu en deux... La cliente désespérée a voulu porter plainte. Mais le contrat de location stipule bien que la banque ne peut être rendue responsable de la détérioration « naturelle » d’objets entreposés
.

.

medium_salle-coffres-800-750.2.jpg

-3 – Il y a une vie dans les coffres.

Les clients possédant des titres descendent à la salle des coffres pour découper à l’aide de ciseaux les coupons qu’ils vont se faire rembourser auprès de l’employé « Titrard ».

Il faut donc faire la police, car les clients veulent se cacher des autres pour faire cette délicate opération.. Et ils se volent entre eux les précieux ciseaux..

On y trouve de tout dans la salle des coffres :  Des cabas plein de légumes, des vêtements ,des parapluie et même un petit caniche blanc que la maîtresse revient chercher en pleurant.

 

-Un vendredi soir vers six heures du soir, la journée terminée, le téléphone sonne. Les pompiers du service de sécurité du siège affirment quelque chose de surprenant. :

-« C’est très curieux, cela ronfle dans votre salle des coffres ».

En effet, la porte des coffres fermée à triples tours pour le week-end, la salle se trouve alors sous surveillance directe du siège reliée par téléphone.

-« Quelque chose qui ronfle dans les coffres ? » La nouvelle fait le tour des quelques employés encore présents dans la succursale.

-« Bon Sang ! » se met à hurler le « Titrard ».

-«  Monsieur Martin n’est pas remonté des coffres avec les coupons à rembourser ! ».

Avec une hâte nerveuse, sous contrôle de la sécurité et en respectant les temps de temporisation, la porte des coffre est enfin ouverte…..

Monsieur Martin, un vieux Monsieur à la barbe blanche  est en train de dormir tranquillement sur son paquet de titres.

Il fut difficile de le réveiller.

Heureusement que Monsieur Martin ronflait, que la Sécurité s’en soit aperçu, sinon il passait son week-end enfermé dans le noir…

Quel tohu bohu cela aurait fait….

Je n’étais pas présent lors de cet incident. On me l’a raconté longtemps après. C’est pour cela que j’ai un petit doute. Mais j’y crois car j’ai vu pire….

.

-------------------------------------------------------------.

La plupart des anecdotes « croustillantes » ou émouvantes concernant les coffres tournent autour des successions. Je vous en parlerai jeudi prochain.

Même blog, même heure.

--------------------------------------------------------------

 

medium_salle_des_coffres_mulhouse_2.jpgP.S : En faisant mes recherches sur ce théme je me suis aperçu que "SALLE DES COFFRES" est aussi le nom d'une boite de nuit à Mulhouse.

 

 

Commentaires

Juste un petit détail, pour rigoler... Tu écris : "ces établissements limonadiers (...)" à propos des locaux de cafés ou brasseries, je suis d'accord, mais tu as cité aussi les mairies et les églises. Je ne pense pas que l'on ne boive que de la limonade en ces endroits.
Et demande donc voir, à Monsieur le curé, s'il boit de la limonade au moment de l'offrande quand il fait sa messe !!!...
Les anecdotes croustillantes en milieu bancaire, ça ne manque pas, j'en sais quelque chose...
Un jour, un client se plaignait que le GAB refusait sa carte pour un retrait d'espèces. Le guichetier, pour plaisanter, lui répondit : "C'est parce que vous ne vous mettez pas bien devant l'écran, la machine ne vous reconnaît pas !"
A plus, Pierlouim,
Amicalement,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 15/05/2008

Très croustillant en effet tout cela : ça ferait un bon roman ! Y songes-tu ?

Dans "Voyages", Stefan Zweig raconte sa visite des sous-sols de la Banque de France : ce n'est pas inventé !

Bises, j'attends impatiemment la suite...

Écrit par : gazelle | 15/05/2008

Très drôle tes histoires bancaires. La mienne n'est pas drôle du tout je te la raconterai un jour. Il me faut mettre en ordre l'histoire afin qu'elle soit compréhensible.
bises

Écrit par : Charline | 16/05/2008

Je vous vante pour votre exercice. c'est un vrai travail d'écriture. Continuez

Écrit par : serrurier paris 6 | 21/07/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique