Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/03/2008

1 - SOUVENIRS BANCAIRES - MARIANNE OSWALD.

PORTRAITS DE CLIENTS : 

1-MARIANNE OSWALD.

.

.

En 1972, après 2 ans passés à l’agence bancaire du C.I.C de Montmartre pour faire mes premières armes, je fus muté à l’agence de la Rue du Bac. J’y exerçais une fonction  de polyvalence : caisse, guichet, comptabilité, tenue des coffres, change et parfois coursier. Je passais d’une « petite  succursale » de 12 personnes à une « grosse » de plus de 20 personnes…
L’accueil fut chaleureux…

Arrivé depuis deux jours, j’étais occupé à faire les « chèques remis » un des travaux les plus ingrats en succursale. J’entends alors  le « Troisième de Succursale» (Après directeur et Sous directeur, disons « l’Adjudant » en terme militaire) demander à la cantonade :

- « Qui veut recevoir demain matin, Marianne Oswald pour l’aider à pointer son compte ? »

 

Le nom de Marianne Oswald me renvoie d’un coup dans mon enfance

medium_Marianne_oswald.2.jpg-«  Marianne Oswald  est-ce bien cette dame à la voix rocailleuse que j’écoutais le jeudi matin à la radio ? Cette dame qui racontait des histoires de tous les pays qui m’enchantaient ? Cette dame qui disait entre autres des textes de Rémo Forlani ?. »

Je ne peux que répondre :

-«Oui !, moi !: ».

Je suis tellement dans mes souvenirs radiophoniques que je vois à peine le sourire en coin du « troisième » et que je n’entends pas les ricanements feutrés derrière mon dos.

 

Le lendemain, curieusement, le « troisième » m’a aménagé un bureau devant la porte de la Direction. Depuis la veille, dans ma tête je me répètes ce que je vais dire à Marianne Oswald :

-« Madame j’aimais beaucoup vos émissions à la radio, j’attendais avec impatience le jeudi pour vous entendre …etc.»  Bref, je me fais un film d’enfer …

Je commençais à trier et étudier les documents que m’avait laissés le « troisième », quand il arrive accompagné d’une petite bonne femme rabougrie d’environ soixante dix ans, pleine de tics et portant un énorme cabas lourd et difforme..

-« Voila le monsieur qui va vous aider dit le «troisième » en s’esquivant prestement.

J’allais dire quelque chose d’aimable, quand d’un coup vif, le cabas est retourné. Son contenu tombe en s’éparpillant sur la table. Des feuilles, des classeurs, des carnets de chèques en pagaille. Une partie tombe à terre. Je me penche pour ramasser. J’entends alors claquer une voix rauque et grave que pourtant, il me semble reconnaître. :

-«Vous me paraissez un peut trop débutant pour vous occuper de mes comptes, Jeune homme !! ».

Puis, sans que je puisse placer un seul mot je suis entraîné dans un tourbillon infernal. Marianne Oswald, puisque c’est bien elle, triture les papiers, déchire les feuilles, les jette à terre. Elle hurle en faisant de grands gestes et des moues terribles.

 Je suis complètement étourdi, abruti.   Elle mélange tout : débit, crédit, nouveaux francs, anciens francs, factures, relevés de compte, dates… Evidemment tout ce que j’affirme est faux. Je me fais traiter de tous les noms d’oiseau… J’arrive presque à croire que  2 et 2 font cinq.

Ce supplice (Une de mes plus cinglantes expériences bancaires) va durer plus d’une demie heure. Enfin, le Directeur sort de son repaire et vient à mon secour.

C’est surprenant comme un « supérieur » même s’il dit exactement ce qu’a affirmé le « grouillot », est lui, cru sur parole. Marianne Oswald se calme, accepte la position de son compte et repart rassurée, son cabas sous le bras.

Quelques minutes aprés, la succursale venant de fermer à la clientèle, le  "troisième" tout sourire me demande en se frottant les mains :

 

-« Cela c’est-il  bien passé avec Marianne Oswald ? »

Je m’entends dire dans un souffle.

-« Oui, cela c’est très bien passé. Merci pour le bizutage ! ».

Il s’agissait bien d’un « bizutage » puisque j’entends une partie de mes collègues rire aux éclats et une voix féminine  déclamer : « Bienvenue au D Bac, Pierre !».

 

Je revis plusieurs fois Marianne Oswald., mais accompagné d’un «Responsable».

Ce qui me désole, c’est que, jamais je n’ai pu lui faire part de mon admiration. Lui dire combien ses émissions radiophoniques enchantèrent mes jeudi d’enfance…

Mais très vite je fus affecté au guichet « Change » de la succursale et ma clientèle fut plutôt étrangère et de passage à Paris.

 

J’appris cependant que Marianne Oswald vivait depuis la guerre dans une chambre à demeure de l’Hôtel LUTECIA à deux pas de l’agence

 Cet hôtel de Luxe avait servi en 1945 à recevoir .les déportés venant des camps de concentration….

C’est bien plus tard que je connu l’œuvre chantée et cinématographique de Marianne Oswald.

Quand elle décéda en 1985, j’avais quitté la rue du bac depuis longtemps..

 

Marianne Oswald (à gauche) et son amie Fréhel.

medium_MarianneFrehel.jpg

 

 

J'ai chez moi une interview de Marianne Oswald avec des morceaux d'émissions "pour enfants" du jeudi matin et des chansons.

Mais étant enregistrée sur une cassette audio, je n'ais pas trouvé le moyen de la transférer sur ordinateur.

Y a t il un moyen ?..... 

 

Cependant, vous pouvez l'entendre chanter sur cette page :

 

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.view...

 

 

A jeudi prochain pour d'autres souvenirs du C.I.C.

Commentaires

Joli récit. Moralité : ne jamais se porter volontaire quand on débarque dans une entreprise.

Écrit par : Jack | 28/03/2008

Très bon "reportage".

Il est tout à fait possible de transférer des cassettes audio sur ordinateur, pour en faire des CD ou les écouter en MP3.

Il suffit d'avoir le lecteur de cassettes avec une sortie qui peut rentrer sur un pré-ampli et un logiciel genre "audacity"
J'ai fait cela avec tous mes disques plus ceux de mon beau-frère.

J'ai en attente la même opération avec mes cassettes.

J'attends d'avoir un peu de temps et un lecteur de cassettes hi-fi qu'on me prêtera, car bizarrement je n'en ai jamais possédé.
A ta disposition un de ces jours.

dominique

Écrit par : papydompointcom | 28/03/2008

bonsoir
et bien j'ai eu du mal à venir jusqu'ici çi !!!!! ça rame dure lol
merci pour ton commentaire sur mon blog tu as devancé mes prochaines notes sur les plantes et emblèmes !!! qui sont programmées pour un peu plus tard !!!!
bonne soirée
et au plaisir de lire tes prochaines notes sur tes "" souvenirs bancaires""

Écrit par : bernadette | 29/03/2008

Bonsoir Pierrre,

De toute façon, tôt ou tard, tu aurais eu droit au bizutage ! Autant le faire tout de suite ; tu as écris une belle note, vivante à souhait.

Je transfère sans trop de difficulté les cassettes audio sur un disque dur , au format mp3. Il faut un logiciel de transfert comme celui que conseille Dominique.

Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 29/03/2008

je sais le faire aussi...alors!
tu peux télécharger gracieusement audacity
merci pour tes futurs enregistrements

Écrit par : henri | 30/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique