Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/03/2008

PARIS - RUE DES ENVIERGES

Dominique Papydom point com, notre jeune retraité, me disait dans un de ses commentaires qu'il avait connu la rue des Envierges à Paris dans le vingtième arrondissement.En me promenant entre Bellevlle et Ménilmontant je me suis rendu dans cette rue.

.

Anecdotes sur la rue des Envierges..

1-Le film "Le Ballon rouge" d'Albert LAMORISSE ,en 1956,debute rue des Envierges :
Dans le quartier de Belleville-Ménilmontant, entre la rue des Envierges et la rue Piat, un petit garçon trouve un ballon rouge accroché à un réverbère. Le ballon devient son ami, le suit partout, excitant la convoitise et la jalousie des autres mômes du quartier.......

2-Un des lieux importants de la commune (1871):
Rue des Envierges
se trouve la demeure de Félicie et Jacques Damour, le héros d'une nouvelle de Zola. Ils vivent ici avant la guerre de 1870. Leur fils est tué aux côtés des Communards en avril 1871.Son père est déporté en Nouvelle-Calédonie. Lorsqu’il rentre en France dix ans plus tard, après l’amnistie, c’est pour apprendre que sa femme s’est remariée avec un boucher qui tient boutique à l’angle de la rue des Moines et de la rue Nollet. Dans Jacques Damour, Zola dépeint les Communards comme des êtres intéressés et couards. Damour est lui-même un homme honnête mais faible, qui se laisse entraîner par les autres. 

.

RUE DES ENVIERGES :

medium_IMG_5247.JPG

1 Début de la rue des Envierges
- A l'angle des rues des cascades et de la mare (Il devait y avoir des sources dans le secteur ) 

medium_IMG_5255.JPG
medium_IMG_5254.JPG
medium_IMG_5252.JPG
medium_IMG_5251.JPG

2-Boutiques

medium_IMG_5249.JPG
medium_IMG_5250.JPG
medium_IMG_5253.JPG

3-Fin de la rue des Envierges dans la rue Piat.

medium_IMG_5248.JPG
medium_IMG_5246.JPG
medium_IMG_5245.JPG

4-Arrivée sur le parc de Belleville.
Tout Paris est à nos pieds.

medium_IMG_5244.JPG
medium_IMG_5242.JPG
medium_IMG_5241.JPG
medium_IMG_5238.JPG


.

Debut du film "Le ballon Rouge".
Aprés le générique, on voit bien la rue des Envierges et la rue Piat.
(A comparer avec les dernières photos)

Commentaires

Merci pour cette balade à Paris. Moi qui voyage peu, j'aime beaucoup!
Bonne soirée A damain

Écrit par : Tatiana | 22/03/2008

Ménilmontant et le parc de Belleville, je connais un peu.

Mais la Rue des Envierges ??? Y suis-je passé sans le savoir, peut-être, car l'hôtel en pointe au carrefour, je suis passé devant plusieurs fois.

Merci pour la promenade, à bientôt...

Écrit par : Crabillou | 22/03/2008

bonsoir
moi qui ne connais as Paris je vais apprendre à connaitre grâce à tes notes
bonne soirée
bernadette

Écrit par : bernadette | 22/03/2008

Chouette la ballade dans Paname.... et les photos superbes... Dreux doit paraitre un peu tristounet à côté de Belleville, ce " quartier chaud "... !!
Vraiment un beau " crédo " ce " à propos "... Un homme comme ça ne peut pas être entièrement mauvais... !! Rien que du fait d'aimer la bonne cuisine...

Bonne semaine. Maurice de la Vieillegarde

Écrit par : maudub | 23/03/2008

Merci pour le rappel du Ballon rouge, que j'avais bien aimé ! Je ne savais pas qu'il avait commençé là !


J'ai cherché sans succès la signification de ce mot : envierge. Pas trouvé dans mes dictionnaires ou le web !

Connais tu l'origine ?

Le grillon

Écrit par : christian | 23/03/2008

Bonnes Pâques!
Bonne soirée!

Écrit par : Tatiana | 23/03/2008

J'y reviendrai si tu le veux bien... A plus. Bises de miche

Écrit par : miche | 24/03/2008

Tout d'abord un très grand merci pour ce "bout" de film.

Le ballon rouge, sûrement l'un des premiers films que j'ai vu et qui m'a fait aimer le cinéma.
Du grand cinéma!
Mes souvenirs remontent : j'avais gagné un concours ou eu une bonne note en dessin en classe (fait rare pour moi) en dessinant ce ballon accroché au lampadaire; je le vois encore et j'aimerais bien le retrouver.
Mais où s'est-il envolé?

Ensuite mes excuses : je ne suis jamais allé rue des envierges, que j'avais confondue avec une soit-disant rue des envignes.
En fait après consultation du plan de Paris 20ème, j(ai retrouvé la rue que j'avais beaucoup aimée et dont j'avais photographié les alentours : la rue des Vignoles !

Je t'envoie quelques photos.

Merci encore pour cette poétique aventure à Ménilmontant.

dominique

Écrit par : papydompointcom | 24/03/2008

Toute mon enfance ..je suis allé à l'école rue Levert ensuite rue Henri-Chevreau.... la rue des cascades..porte très bien son nom : au milieu, à peu près,en face de la rue de Savies vraiment très en pente, il y a un monument fermé, tout en pierre, c'est là que Henri IV venait faire boire ses chevaux dixit la pancarte . nous ,gosses(pas à la même époque)...:-) on remontait cette rivière assez loin...
Si tu as l'occasion d'y retourner ,il y avait aussi la gare de Ménilmontant, au bout de la rue de la Mare et le tunnel qui allait jusqu'aux Buttes Chaumont....est-ce que tout cela existe encore ..?
Il faudra que j'y retourne en pèlerinage...

Écrit par : Balbuzard | 24/03/2008

Le n°44 de la rue des Cascades, où Jacques Becker tourna Casque d'Or en 1952, abritait l'une des bandes d'apaches impliquée dans la rivalité Manda-Leca.

Entre la rue des Cascades et la rue de l'Ermitage, inattendu : la rue Fernand Reynaud !

Rue de la Mare : charité bien ordonnée ! Installées près du regard du service des eaux au n° 36, les religieuses de la Roquette détournent à leur profit 150 canalisations, n'en laissant que 36 pour la ville, alors que la population souffre de grandes sécheresses de 1667 à 1679.

Pierlouim, il y a toute une balade à faire entre le 19ème, le 20ème, le 10ème et le 3ème, autour de "L'eau perdue à Paris". On part du Regard des Maussins dans le 20ème, près de la Porte des Lilas : ouvrage construit au Moyen-Age, reconstruit à la fin du 17ème pour recevoir les eaux de source du Pré-Saint-Gervais, et alimenter la capitale.

Noms de rues, regards, fontaines témoignent encore aujourd'hui du souci de l'eau et de l'hygiène à Paris au fil des siècles.

Oui Balbuzard : on voit encore la ligne de la Petite Ceinture et le tunnel au bout de la rue de la Mare...

Écrit par : gazelle | 25/03/2008

Merci "gazelle"...J'ai habité au 347 de la rue des Pyrénées qui donne juste au dessus du 44 de la rue des Cascades et...j'ai vu tourner le film "casque d'or" j'étais aux premières loges, il y avait Raymond Bussières né à Ivry la Bataille.. une partie du film se passe aussi en haut de la rue des Envierges au coin avec la boulangerie...
J'ai un peu peur d'y retrouver des Chinois partout....:-)

A Bientôt

Écrit par : Balbuzard | 26/03/2008

Bonjour,
j'aime beaucoup les précisions que vous donnez sur la rue des envierges. Néanmoins, je me dois d'ajouter un petit quelque chose sur la famille Malaussène, famille créée par Daniel Pennac, qui est supposée vivre dans cette rue et se balader dans tout Belleville...
Malgré ce petit oubli, je trouve votre blog très intéressant.
Camille

Écrit par : camille | 23/02/2010

Merci de ce joli voyage dans ma rue!!! un indice des anciens du quartier pour le nom : il y aurait eu un ancien couvent au 31 (maintenant, immeuble neuf... mais il reste des bâtiments anciens dont une chapelle, qui sont aujourd'hui un collège privé catholique) et envierges viendrait de 100 vierges...

Chez moi, au 25/27, un bout de forêt au fond de la cour. Entrez si vous pouvez... ou du moins jetez un oeil au travers des grilles. Le terrain est inconstructible et n'appartient pas à la copropriété, il serait classé monument historique comme ancien bois de chasse de... Henri IV? Louis XIV? les bruits courent! je cherche toujours confirmation...

Écrit par : emile | 29/05/2010

bonjour,
le film de Pierre Chenal "Les jeux dangereux" a été tourné en 1958 rue des Envierges et rue Vilin.
Il est passé sur ciné Polar et on a pu admirer de nombreuses vues bien détaillées de l'époque.
Fabrice

Écrit par : fabrice ferment | 01/11/2010

Bonjour et merci pour les photos et les informations.
Je me souviens aussi du tournage de scènes d'un film en haut de l'escalier de la rue Vilin en 1958 (j'avais 5 ans), mais celui-là, c'était "Rafle sur la ville" par le même réalisateur.
J'habitais rue Piat, l'immeuble a été démoli dans les années 70 et c'est très douloureux pour moi de retourner là-bas. Il me semble que cet immeuble n'était pas en plus mauvais état qu'un autre, et ma grand-mère y avait tenu un commerce jusqu'au début des années 50.
Fernand Raynaud habitait rue Piat, lui aussi, à cette époque.
Merci encore.
Anne

Écrit par : anne | 12/01/2011

bonjour Anne, j'avais également 5 ans en 1958 et j'habitais villa Ottoz, 43 rue Piat jusque dans les années 60, il m'est impossible de trouver documents et photos de cet endroit avant sa démolition, auriez vous des pistes, je suis trop nostalgique de cette partie de mon enfance.

Écrit par : Catherine | 13/02/2012

bonjour Anne, j'avais également 5 ans en 1958 et j'habitais villa Ottoz, 43 rue Piat jusque dans les années 60, il m'est impossible de trouver documents et photos de cet endroit avant sa démolition, auriez vous des pistes, je suis trop nostalgique de cette partie de mon enfance.

Écrit par : Catherine | 13/02/2012

Bonjour Catherine,
C'est drôle de se dire que nous nous sommes peut-être croisées, nous habitions du même côté de la rue.
Nos fenêtres donnaient sur la rue Piat et sur la Villa Popart (pas sûre de l'orthographe). J'ai une vieille carte postale sur laquelle on voit partiellement l'immeuble et qu'il faudrait que je scanne. J'ai découvert récemment l'existence des photos prises par Henri Guérard dans les années 40/50, et aussi celles prises par François-Xavier Bouchart juste avant la démolition du quartier. En revanche, je ne sais pas où on peut les voir, mais c'est déjà une piste.
Comme je pourrais en parler pendant des heures, mais que je crains de lasser les cinéphiles, nous pouvons échanger nos souvenirs, si vous le souhaitez, à cette adresse : lnarc27@yahoo.fr.
Anne

Écrit par : Anne | 17/02/2012

J'ai vecu dans cette rue où j'ai laissé beaucoup de copins. Jojo, patron du Vieux Belleville entre autres. A l'époque je sortais un petit panflet qui s'appellait "La gazette des Enmerdes", où je racontais de petites anecdotes de la vie de notre quartier. A l'actualité, à la retraite, j'habite au Pérou mais j'ai gardé de souvenirs incroyables de cette rue de Paris que je continue d'aimer.

Écrit par : luis | 19/05/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique