Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/11/2007

L'OBJET DE LA SEMAINE -14-

J’ai dans mon antre drouais un certain nombre de bidules et de machins en tous genres.
Certains sont purement curieux ou témoins d’une époque.
Beaucoup sont pour moi précieux d’émotion et de souvenirs.
Chaque jeudi soir à 18H, je vous présente un objet. Je vous en conte l’histoire
.

Cette semaine, pas d'objet inconnu à deviner.
Je vous présente un des objets que beaucoup d'entre vous ont utilisé dans les années 50/60.

.
.
 

medium_laitiere_1.2.JPG
medium_laitiére_3.JPG

 

Eh oui , il s'agit tout bêtement d'une laitière en fer blanc. 

A la fin des années cinquante.Le soir entre la fin de mes devoirs scolaires et l'émission sur Radio Luxembourg de "la Famille Duraton",  vers 19 heures ,je courrais à cent mètres de la maison, avant qu'elle ferme sa boutique ,chez la "mère Verneau".
E
lle me versait à la louche,  d'un grand bidon, du lait venu directement de la ferme.
Et je rentrai en courant à la maison, avec quelques autres marchandises, vite, avant ,avant,  que commence l'émission de radio.
Maman alors faisait bouillir le lait cru , avec un anti monte lait pour pas qu'il ne déborde....
Souvenirs! souvenirs!


 N'empéche que maintenant à chaque fois que je bois un litre de lait, j'encombre ma poubelle d'emballages en plastiques encombrants. C'est le progrés!!....
Je conserve jalousement ce souvenir de ma lointaine jeunesse révolue.

D'ailleurs je vois déjà Nicole ("Artistepeintreamateur") guigner cet objet utilitaire pour en faire un objet d'art comme celui-là : 

medium_medium_Nicole_artiste_peintre_amateurCommande_Mr_Mme_Barnaud_11-2007_007.2.jpg

Superbe n'est-ce pas ?.

Mais je préfére ma laitière nue et cabossée..
Il m'est arrivé plus d'une fois, en courant ,de renverser, malgré son couvercle, le lait contenu dans la laitière sur la chaussée. Fessée assurée...

Mais contrairemant à Perrette je ne portais pas le pot à lait sur un coussin sur ma tête.
Je ne peux m'empécher de rappeler ce cher Jean de La Fontaine : 

La Laitière et le Pot au lait
Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
Cotillon simple, et souliers plats.
Notre laitière ainsi troussée
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l'argent,
Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée ;
La chose allait à bien par son soin diligent.
Il m'est, disait-elle, facile,
D'élever des poulets autour de ma maison :
Le Renard sera bien habile,
S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son ;
Il était quand je l'eus de grosseur raisonnable :
J'aurai le revendant de l'argent bel et bon.
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?
Perrette là-dessus saute aussi, transportée.
Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri
Sa fortune ainsi répandue,
Va s'excuser à son mari
En grand danger d'être battue.
Le récit en farce en fut fait ;
On l'appela le Pot au lait.

Quel esprit ne bat la campagne ?
Qui ne fait châteaux en Espagne ?
Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,
Autant les sages que les fous ?
Chacun songe en veillant, il n'est rien de plus doux :
Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :
Tout le bien du monde est à nous,
Tous les honneurs, toutes les femmes.
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;
Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi ;
On m'élit roi, mon peuple m'aime ;
Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;
Je suis gros Jean comme devant.

 

Commentaires

Bonsoir Pierlouim,

Tu ne faisais pas le moulinet avec l'anse du pot, pour épater le copain en lui montrant que rien ne coulait ?

Le prix en 45 ou 46 d'un litre de lait était la petite pièce jaune de 50 centimes, si je me souviens bien. C'était le seul produit où il n'y avait pas de monnaie !! Pas comme le pain, avec le quinion pour faire le kilog !
Bonne soirée

Le grillon

Écrit par : christian | 29/11/2007

Le pot à lait. En 45, j'allais chercher tous les soirs, à la ferme, la dernière encore à la limite de la ville, 1 litre et demi de lait avec exactement le même que le 1er !!

Écrit par : patriarch | 29/11/2007

C'est vrai Grillon, je faisais des moulinets avec la laitière , mais quelque fois cela ne marchais pas.
Et la ça coulait bien....
En 1956/1959, je ne me souviens plus du prix.

Écrit par : pierlouim | 29/11/2007

Je l'ai "lorgné" ton ptit pot à lait !!!!
Marci pour la pub du "gros" celui ci c'était dans les ferme qu'on les trouvait !!
J'ai des souveinrs moi aussi de ce temps déjà .......lointain !
Bonne soirée à toi

Nicole

Écrit par : Nicole | 29/11/2007

Cette note évocatrice de souvenirs endormis,m'a permis de relire cette fable de ce La FONTAINE que l'on oublie trop..et quel dommage!

je me souviens aussi de l'anti monte lait...ah, lEnfance, quand tu nous tiens!

bises du soir

betty

Écrit par : betty | 29/11/2007

et oui qui n'a pas utiliser ce pot au lait ???? souvenirs tout ça
bernadette

Écrit par : bernadette | 30/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique