Chroniques parisiennes et drouaises https://analytics.google.com/analytics/web/?authuser=0#provision/CreateAccount/
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/12/2016

LES FLAMBARTS-CARNAVAL D'HIVER A DREUX.

flambarts 2016.jpg

Petit historique de la procession des Flambarts à Dreux.

PROCESSIONS ET FLAMBARTS

Beffroibourdonflambarts

La vie à Dreux aux 17ème et 18ème siècles était rythmée par les travaux des champs et des vignes, les moissons et les vendanges, le marché du lundi et les foires de la St Denis ou de la St Gilles. Ces jours de labeurs étaient interrompus par de nombreuses fêtes religieuses carillonnées, comme Noël, Pâques, Pentecôte et de nombreuses fêtes de saints qui donnaient souvent lieu à de multiples processions, à travers la ville et ses faubourgs..
Processions traditionnelles : pour l’ascension, la fête Dieu ou l’Assomption. Le dimanche des rameaux, une procession partait de l’église St Pierre pour se rendre à l’actuel tunnel de St Denis où se trouvait une croix placée en avant de la chapelle St Denis. Les fidèles après une messe décoraient la croix de branches de buis, d’où son nom de «croix buissée»...


• Processions spécifiquement drouaises : Pour la St Pierre et la St Vincent patron des vignerons. Chaque 19 décembre, jour anniversaire de la bataille de Dreux de 1562, se tenait une grande procession pour célébrer la victoire des catholiques contre les protestants. 
• Processions ponctuelles : elles se formaient contre les aléas de la météo, à la demande des vignerons de faire pleuvoir à la suite de forte sécheresse, ou au contraire d’arrêter une période de pluies intenses. 
 Processions «blanches» dans lesquelles les Drouais vêtus de blanc, se rendaient à Chartres pour demander l’arrêt d’épidémies de peste.

À ces différentes processions participait tout le clergé drouais :
les chanoines de la collégiale St Etienne, les curés de St Pierre et de St Jean, les religieuses de l’Hôtel Dieu et les moines capucins, ainsi que les représentants du roi, les officiers du baillage et ceux des bourgeois de Dreux, le Maire et ses échevins. En conflit permanents, ils se battaient pour se mettre au premier rang des processions juste derrière les religieux. Il fallut un arrêt du conseil d’état du roi Louis XIV en 1705 pour mettre tout le monde d’accord en les obligeant à marcher en colonne un à un, ceux du Baillage à droite et ceux de l’Hôtel de ville à gauche.


• Une procession à part était celle des Flambarts dont l’origine est probablement detradition celte. Au flambarts 1.jpgsolstice d’hiver, les paysans parcouraient les champs avec des torches pour éloigner les animaux nuisibles. L’Eglise transforma cette tradition païenne en une procession pour l’Avent : Les Flambards étaient des morceaux de bois blanc, sans écorce, longs de cinq à 6 pieds, séchés au four, fendus par le haut et enflammés pour la procession.
La veille de Noël, vers 5 heures du soir, au son de la cloche du Beffroi, les Drouais en rangs serrés, faisaient le tour de la halle aux grains et de l’église St Pierre. Devant le portail, ils déposaient les flambarts allumés qui se consumaient en un brasier autour duquel ils dansaient avec joie. Cette fête, par peur des incendies et surtout des déviances, beuveries et joie profane qu’elle permettait fut interrompu par le clergé vers 1735 et disparut définitivement à la Révolution. 
Dans une salle du Beffroi, une réplique en plâtre de la première cloche, fondue sous le règne de Charles IX, possède une frise représentant la fête des Flambarts.

-Ayant entendu parler de la tradition drouaise des Flambarts qui avait alors une grande réputation, le duc de Penthièvre, dernier comte de Dreux, par curiosité et intérêt pour sa ville, vint assister à cette fête mi religieuse mi païenne.  Le 24 décembre 1785 le comte qui résidait alors en son château d’Anet, se rendit à Dreux pour jouir du coup d’œil de la cérémonie. Il fut installé dans la salle basse du Beffroi dans la laquelle on avait installé un poêle pour qu’il n’ait pas froid.
Il fut enchanté de cette tradition drouaise. Les Drouais également, car cette procession des Flambarts était en principe, depuis un arrêté de 1723, officiellement interdite.
Avec l’accord de leur comte, les Drouais purent continuer à fêter les Flambarts jusqu’à l’arrêt définitif à la Révolution.

Puis la procession des Flambarts fut réintroduite à Dreux en 1994 transformée en un  carnaval d'hiver.

NOUS VOUS ATTENDONS TOUS A DREUX POUR CES TROIS JOURS CARNAVALESQUES.

9 10, 11 DECEMBRE 2016.

 

Pour connaitre le programme complet de ces trois jours de liesse drouaise: 

http://www.dreux.com/sites/default/files/documents/programme_flambarts_dreux_2016.pdf

28/01/2010

POURQUOI LA CHAPELLE ROYALE A DREUX ?.

Pierlouim cause dans le poste chaque troisième lundi du mois au micro de Radio Grand Ciel 97.7
L'émission "HISTOIRE ET MEMOIRE"  propose chaque Lundi (à 14 heures, rediffusion mardi à 17 heures) une demi heure sur l'histoire de l'Eure et loir. Une semaine sur Chartres, puis Nogent le Rotrou , Châteaudun et Dreux.  

 Dans le  cycle d'émissions "Histoire de Dreux, miroir de l'Histoire de France"
le septième chapitre était consacré à la question :

 Pourquoi le Roi Louis Philippe 1er et la famille d'Orléans à Dreux ?.

Vous pouvez écoutez cette émission (30 mn) en cliquant sur le post ci dessous.
Vous y entendrez :
-Première génération:  Louis Jean marie de Bourbon Duc de Penthièvre.
Dernier Comte de Dreux  (1783-1793 ).
-Deuxième génération : Louise Marie Adelaïde de Bourbon Penthièvre, Duchesse d'Orléans : Construction de la première Chapelle St Louis (1816-1821)
-Troisième génération : Louis Philippe Duc de Chartres puis Roi de France. Aggrandissement de la Chapelle qui devient nécropole de la famille d'Orléans , Chapelle "Royale". (1839-1848).


Si vous voulez écouter la première émission sur le blog

"Dreux-par-Pierlouim.over-blog.com/: 
(Dreux 1800-1830 )
cliquer sur l'adresse suivante :

HISTOIRE ET MEMOIRE DROUAISE. 1800-1830.  

LA CHAPELLE ROYALE DE DREUX SUR FR 3.

chapelle-royale-IMG_3120.JPG

Si vous voulez tout savoir (ou presque) sur la chapelle royale de Dreux je vous invite à visionner le reportage que lui a consacré il y a peu la chaine télé FR 3.
Cette émission dure environ 20 minutes.
Cliquez sur l'adresse suivante. 

http://www.france3.fr/STATIC/video/index-fr.php?titre=La%...

En rab : Une émission similaire sur le château de Maintenon :
maintenon
http://paris-ile-de-france-centre.france3.fr/emissions/le...

11/12/2009

IONESCO A DREUX.

En feuilletant le bulletin officiel Municipal de 1974,
je me suis arrêté sur un article parlant de l'association
"Théâtre en Dreux".
Et surtout sur une photo datée du 11 Janvier 1973.

ionesco dreux image.jpg

"Venu assister à Dreux à la "première" de sa pièce "Macbett", Georges IONESCO (une belle coquille de journaliste, car Ionesco se prénomme bien sûr Eugène), à droite en compagnie du metteur en scène Jacques MAUCLAIR, au centre, est reçu au foyer de la salle des fêtes par les Amis du "Théâtre en Dreux".
Depuis, la salle des fêtes est devenue le "Théâtre" et attend pour incessamment sous peu sa modernisation et son agrandissement.
"Théâtre en Dreux" est devenu les "Amis du Théâtre" et fêtera à la fin de l'an prochain son quarantième anniversaire.
Eugène IONESCO né le 26 novembre 2009, aurait donc cent ans cette année.
Un certain nombre de manifestations sont prévues comme une exposition à la grande bibliothèque F. Mitterrand de Paris.

Je n'ai pas trouvé ni photo ni vidéo de la "première" (était ce vraiment la première de cette pièce à Dreux ?) de "Macbett"
Tout de même deux vidéos :
Une représentation récente de "Macbett" et une interview d'Eugène IONESCO.

 
==========================================================================================

ANECDOTE PERSONNELLE SUR IONESCO.


En 1964, j’effectuait un stage (on dirait actuellement en « alternance ») dans les locaux du siège du « Gaz de France » porte Pereire à Paris, dans le service comptable centralisant les situations mensuelles des agences régionales.
Je travaillais avec une brave dame d’une cinquantaine d’années qui m’apprenait le rudiment du métier de comptable.
Elle portait une blouse rose, car ce n’était pas encore le règne de l’ordinateur et les carbones pour les taches cela craint.
Bref, J’étais assis en face d’elle et nous partagions le même téléphone.
Un jour, le téléphone sonnant, la dame (Si mon souvenir est exact elle s’appelait Mme Desjardin) saisit le combiné et je l’entend répondre :
-« C’est toi Gégène » puis s’ensuit une longue conversation assez animée.
En raccrochant la dame me dit :
"J’avais au bout du fil Eugène IONESCO, vous savez bien celui qui écrit des pièces de théâtre. Nous sommes lui et moi, amis d’enfance. Il écrit un livre sur cette période de sa vie. Il me demande sans arrêt des précisions sur des faits dont il se souvent à peine."
En riant, elle ajoute :
- "Avec tout ce que je lui raconte il devrait me payer des droits d’auteur."

En effet « Gégène » téléphonait souvent. A plusieurs reprises, la dame étant absente j’ai répondu au téléphone. J’ai ainsi connu quelques brèves conversations sur des banalités convenues comme dans la « cantatrice chauve » avec le maître de l’absurde…

Enfant le jeune IONESCO « Gégène » à vécu entre 1917 et 1919 à la Chapelle Anthenaise prés de Laval avec sa sœur en pension chez des paysans. . C’est là que ces deux amis d’enfance ont vécu une période qui restera dans leur souvenir comme un temps très heureux.
Je pense que les indications de mémoire de ma collègue se retrouvent dans « Souvenirs en miettes » paru au Mercure de France en 1967.
 

18/02/2009

ANCIENNE NOTE RAFRAÎCHIE -6.

Voici la note du 24 mai 2007, restée sans commentaire : 

---------------------------------------------------------- 

VICTOR HUGO
A DREUX ET CHERISY.

Sur une façade de maison, au 16 de la rue GODEAU à  Dreux , une plaque :

medium_Victor_hugo-plaque_2.jpg


Mai 1821 : "alors que Napoléon meurt...
Victor HUGO vit son premier Amour et trouve l'inspiration en traversant Chérizy. en allant à Dreux. Il y écrit "Ode au Vallon de Chérizy".
(Chérizy est un charmant village à trois kilomêtres avant Dreux, venant de Paris, Sur les bords de l'Eure.)


medium_hugo_2.jpg

Victor HUGO et Adèle FOUCHER sont amoureux l'un de l'autre; Madame Hugo et les parents Foucher ne sont pas d'accord et leur ont défendu de se voir. Ils s'écrivent cependant en secret.
Madame Hugo meurt au mois de juin 1821.
 Victor a revu Adèle et les Foucher sont venus faire une visite de condoléances chez les Hugo. Les fiançailles ne sont toujours pas décidées et les Foucher cherchent un séjour d'été assez éloigné de Paris afin que Victor , qui n'a pas d'argent, ne puisse pas venir les rejoindre.
Ils choisissent le bourg de Dreux.
medium_Hugo.jpgVictor désemparé, décide de partir à Dreux à pied.
Le 16 juillet, sur le chemin qui le mènera à Dreux, il écrit à Alfred de VIGNY :
-"J'ai fait tout le voyage à pieds par un soleil ardent... Je dois beaucoup à ce voyage.".
Durant ce long voyage, Victor fera deux haltes : il s'arrête à Versailles chez G. de PONS et dans le Vallon de Chérizy où il écrit une élégie. Malgré sa tristesse, sa jeunesse l'emporte et il jouit de la beauté des paysages de ce petit bourg installé dans la vallée de l'Eure.
Le 19 juillet il est à Dreux dont il parcourt les rues, espérant rencontrer monsieur Foucher, ce qui arriva.
Victor lui écrit une lettre charmante qui finit par l'attendrir et il est donc reçu chez la famille Foucher et leur renouvelle son intention d'épouser Adèle...

Ainsi Chérizy eut une influence favorable sur le premier et sincère amour de Victor pour Adèle.

.

ODE TROISIÈME AU VALLON DE CHERIZY
Factus sum peregrinus... et quoesivi qui simul contrista retur, et non fuit - Ps. LXVIII.
Perfice gressusmeos semitis tuis - Ps. XVI.


Je suis devenu voyageur... et j'ai recherché qui s'affligerait avec moi, et nul n'est venu.
Permets à mes pas de suivre ta trace.

Le voyageur s'assied sous votre ombre immobile,
Beau vallon; triste et seul, il contemple en rêvant
L'oiseau qui fuit l'oiseau, l'eau que souille un reptile,
Et le jonc qu'agite le vent !

Hélas ! l'homme fuit l'homme; et souvent avant l'âge
Dans un coeur noble et pur se glisse le malheur;

Heureux l'humble roseau qu'alors un prompt orage
en passant brise dans sa fleur !

Cet orage, ô vallon, le voyageur l'implore.
Déjà las de sa course, il est bien loin encore
Du terme où ses maux vont finir;
Il voit devant ses pas, seul pour se soutenir,
Aux rayons nébuleux de sa funèbre aurore,
Le grand désert de l'avenir !

De dégoûts en dégoûts il va traîner sa vie.
Que lui font ces faux biens qu'un faux orgueil envie ?
Il cherche un coeur fidèle, ami de ses douleurs;
Mais en vain; nul secours n'aplaniront sa voie,
Nul parmi les mortels ne rira de sa joie,
Nul ne pleurera de ses pleurs !

Son sort est l'abandon; et sa vie isolée
ressemble au noir cyprès qui croît dans la vallée.
Loin de lui, le lys vierge ouvre au jours son bouton;
Et jamais, égayant son ombre malheureuse,
une jeune vigne amoureuse
A ses sombres rameaux n'enlace un vert feston.

Avant de gravir la montagne,
Un moment au vallon le voyageur à fui.
Le silence du moins répond à son ennui.
Il est seul dans la foule; ici, douce compagne,
la solitude est avec lui !

Isolés comme lui, mais plus que lui tranquilles,
Arbres, gazons, riants asiles,
Sauvez ce malheureux du regard des humains !
Ruisseaux, livrez vos bords, ouvrez vos flots dociles

A ses pieds qu'a souillés la fange de leurs villes,
Et la poudre de leurs chemins !

Ah ! laissez-lui chanter, consolé sous vos ombres,
Ce long songe idéal de nos jours les plus sombres,
La vierge au front si pur, au sourire si beau !
Si pour l'hymen d'un jour c'est en vain qu'il l'appelle
Laissez du moins rêver à son âme immortelle
L'éternel hymen du tombeau !

La terre ne tient point sa pensée asservie:
Le bel espoir l'enlève au triste souvenir;
Deux ombres désormais dominent sur sa vie;
L'une est dans le passé, l'autre dans l'avenir !

Oh ! dis, quand viendras-tu ? Quel Dieu va te conduire,
Être charmant et doux, vers celui que tu plains ?
Astre ami, quand viendras-tu luire ?
Comme un soleil nouveau, sur ses jours orphelins ?

Il ne t'obtiendra point, chère et noble conquête,
Au prix de ces vertus qu'il ne peut oublier;
Il laisse au gré du vent le jonc courber sa tête;
Il sera le grand chêne, et devant la tempête
Il sera rompre et non plier.

Elle approche, il la voit; mais il la voit sans crainte
Adieu flots purs, berceaux épais,
Beau vallon ou l'on trouve un écho pour sa plainte,
Bois heureux où l'on souffre en paix !

Heureux qui peut, au sein du vallon solitaire,
Naître, vivre et mourir dans le champ paternel !
Il ne connaît rien de la terre,
Et ne voit jamais que le ciel !

juillet 1821
Victor HUGO, lors d'une halte au Vallon de Chérizy

16/02/2009

DREUX 2: En peinture, en carte postale 1900 et en photo actuelle.

Un petit diaporama sur Dreux (N°2).

Comparons des aspects  de Dreux  représentés de trois manières différentes par : 

1-Une carte postale du début du XXème siècle.

2-Une peinture du même siècle ou actuelle.

3-Une photo prise en 2008.

...........................................

Aujourd'hui,  Quatre lieux :

1-L'abreuvoir du quai aux arbres (Rue Esmery Caron. La Blaise et le Beffroi).

2-La Grande rue, la nuit.

3-La rue Rotrou et l'église St Pierre.

4-La rue de Sénarmont et l'église st Pierre.

A SUIVRE... Car je posséde d'autre cartes postales images et photos actuelles... 

09/02/2009

ANCIENNE NOTE RAFRAÎCHIE -5.

Je suis un peu à court d'idées par manque de temps en ce moment.
J'ai trouvé un truc simple et pratique .
Je ressors en les actualisant des notes anciennes .
Je choisis de préférence celles qui à l'époque n'ont obtenu aucun commentaire.
Comme je reçois actuellement plus de visites qu'avant, notamment de Drouais, ces notes"oubliées"  peuvent certainement trouver leur public.

Voici la note du 24 AVRIL 2007, restée sans commentaire : 

---------------------------------------------------------- 

1 9 0 7 - 2 0 0 7.


Mon père aurait eu cent ans cette année (en 2007-il aurait 102 ans  ce 9 février 2009) .
Il est parti un 11 septembre (en 1994) suite aussi à une canicule.


J’ai cherché dans mon grenier des objets datant de 1907, des objets centenaires :

-1-Une pièce de monnaie de 1905 :

medium_1907-pièces_de_1905.jpg


.

-2-Un coupe papier publicitaire :

medium_1907-coupe_papier_1.jpg

medium_1907-coupe_papier_2.jpg


.

-3-Un Almanach Drouais. Mes grands parents apparaissent dans l’annuaire.:

medium_1907-annuaire_rotrou.jpg


.

-4-Humour glané dans cet Annuaire "LE ROTROU":

medium_1907-humour_1.jpg

medium_1907-humour_2_6_crayons.jpg
Le Maître -Elève Chalumeaus, combien, avec 0fr65, pouvez-vous acheter de crayons à 0fr10 ?.
L'Elève : -M'sieu, 6 crayons... et un sou de billes!



.

Heureux Hasard :
Le musée rétromobile de Dreux vient de recevoir une voiture de 1907 : Une superbe De Dion Bouton, un vrai bolide mono-cylindre qui atteignait les 45km/h.. Cette voiture a participé en Mai/juin 1907 à la course Pekin/ Paris remporté par le Prince Borghèse.:

medium_1907-de_dion_2.jpg

Action Républicaine 01 Avril 2007–Johanny Duterte (fondateur RMCD) et Maurice Glais (donateur), au volant de la De Dion Bouton de 1907.

27/01/2009

DREUX 1: En peinture, en carte postale 1900 et en photo actuelle.

Un petit diaporama sur Dreux.

Comparons des aspects  de Dreux  représentés de trois manières différentes par : 

1-Une carte postale du début du XXème siècle.

2-Une peinture du même siècle ou actuelle.

3-Une photo prise en 2008.

...........................................

Aujourd'hui,  trois lieux :

1-Le Boulevard des Maillotières.

2-La placemMétézeau et beffroi.

3-Le café "la cigarette" devenu "les Flambards"

A SUIVRE... Car je posséde d'autre cartes images et photos actuelles... 

22/01/2009

Chapelle devenue musée.

L'article paru dans l'"Action Républicaine" jeudi  dernier 15 janvier 2009 dans la série "Image d'hier" ma donné l'envie de ressortir une de mes vielles notes :

1-Article de l'Action".

medium_st_martin.jpg

Voici depuis le boulevard Louis Terrier, l'ancienne chapelle du pensionnat des frères, dont la carte postale ancienne nous apprend qu'elle fut un temps salle des fêtes.
 Chacun aura évidemment reconnu le musée de Dreux Marcel Dessal.
A droite on remarque également que, dans l'ancien potager du pensionnat a poussé un petit bâtiment : la crêche du centre-ville. Sur la gauche, l'école St Martin.  

----------------------------------------------------------------------

Voici maintenant la note du 05 Juin 2007 :

----------------------------------------------------------------------

EFFETS DE LA LOI DE 1905

Suite à ma note AN PAR AN : 1956.
J’y parle du pensionnat des frères devenu école primaire ainsi que de la chapelle transformée en musée municipal.
Voici l’histoire :
En 1855 l’institut des frères des écoles chrétiennes reçut en héritage un bâtiment rue st martin qui fut transformé en pensionnat. En 1877 les vieux bâtiments ont été détruits pour faire place à la construction que l’on connaît. La chapelle ne fut achevée qu’en 1895.
L’établissement fut fermé en 1905 suite à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, interdisant aux congrégations d’enseigner.
La ville racheta les bâtiments en 1908 pour les transformer en école communale.

DREUX, - Avant 1905- Avant la loi de séparation de l’église et de l’état : Pensionnat St Pierre(la chapelle étant le musée
actuel)

medium_saint_martin_avant_1905.jpg


DREUX. – Après 1908- Après le rachat par la municipalité. : Ecole communale des Filles.
medium_saint_martin_après_1905.jpg



DREUX – Photo actuelle. Ecole St Martin.
medium_école_st_martin.JPG

20/01/2009

ANCIENNE NOTE RAFRAÎCHIE -2.

Je suis un peu à court d'idées par manque de temps en ce moment.
J'ai trouvé un truc simple et pratique .
Je ressors en les actualisant des notes anciennes .
Je choisis de préférence celles qui à l'époque n'ont obtenu aucun commentaire.
Comme je reçois actuellement plus de visites qu'avant, notamment de Drouais, ces notes"oubliées"  peuvent certainement trouver leur public.

Voici donc celle publiée le 05 mars 2007 soit deux jours après l'ouverture des Durocasseries de Pierlouim. 

------------------------------------------------------------------------ 

DREUX CENTRE ET LE DESERT POISSONNIER.


medium_Dreux_ancienne_vitrine_Kosbach_.JPG

DREUX-Ancienne boutique de la poissonnerie KOSBACH.

Encore une histoire de vitrine, me direz-vous, la dernière, pour l'instant... j’en aurais bien d’autres à raconter. plus tard…

Cette façade anonyme dans une rue sans circulation et un peu en retrait était il y a plus de quarante années une poissonnerie. La disposition et la forme des fenêtres rappellent bien la vitrine du magasin qui occupait le rez-de-chaussée de cette maison.
C’était une poissonnerie au nom bretonnant de KOSBACH.
J’y accompagnais souvent ma maman. J’aimais m’aventurer dans le fond de la boutique et dans la cour. Là se trouvaient des viviers dans les quels s’ébattaient en clapotis poissons et homards.
Cette poissonnerie a arrêté son activité vers 1970. Puis ce fut celle de la place Rotrou, remplacée par un dépôt vente de vêtements, puis celle de la rue St Martin remplacée par une boutique de produits bio. Et enfin celle de la rue st Pierre par un lunetier ou une agence immobilière….je ne sais plus .
Il n’y a donc plus à ce jour dans le centre de Dreux de poissonnerie. Bien sûr on peut acheter du poisson frais, certains jours, le matin sous le marché couvert.
Oui, mais si une envie inextinguible de chair iodée vous envahit le soir, n’ayant pu le matin faire votre marché, tout simplement parce que vous travaillez dans la journée. que faites vous ?
Il faut sortir du centre ville et prendre votre véhicule pour acheter en grande surfaces ?.....


Les nutritionnistes de tous poils et les médias inspirés clament à longueur de temps, qu’il faut, pour garder la ligne et la santé consommer des fruits des légumes et du poisson.
Les fruits et légumes ne sont d’ailleurs plus guère proposés en dehors du marché que par deux petites supérettes.
Alors que faire pour garder la ligne ?
D’ailleurs Dreux n’est pas la seule petite ville à ne plus proposer en dehors du marché et des surfaces grandes et petites, fruits légumes et poissons….
.Le petit commerce se meurt ma pauvre .dame !!……..

medium_dreux_poissonnerie_Kosbach.jpg

DREUX; réclame pour la poissonnerie. Action Republicaine 19 MARS 1958.

16/01/2009

ANCIENNE NOTE RAFRAICHIE -1.

Je suis un peu à court d'idées par manque de temps en ce moment.
J'ai trouvé un truc simple et pratique .
Je ressors en les actualisant des notes anciennes .
Je choisis de préférence celles qui à l'époque n'ont obtenu aucun commentaire.
Comme je reçois actuellement plus de visites qu'avant, notamment de Drouais, ces notes"oubliées"  peuvent certainement trouver leur public.

Voici donc celle publiée le 06 mars 2007 soit trois jours après l'ouverture des Durocasseries de Pierlouim.

-------------------------------------------------------------

DREUX-LA BOUCHERIE CENTRALE.  

medium_DREUX_Boucherie_Cantor.a.jpg



Cette carte postale représente la devanture de la boucherie CANTOR à Dreux avec l’ensemble du personnel.
Ma grand-mère Aimée, veuve de guerre 14/18 a travaillé comme lingère pour cette boucherie quelques temps au début des années vingt. (Elle ne figure pas sur cette photo)

Je possède un souvenir curieux de cette boucherie. :
Il s’agit d’un miroir d’environ 30 cm sur 20, nu, sans encadrement. (Il était peut être encadré à l’origine ?). Dans un coin, en bas, en diagonale, est gravé en doré le nom et l’adresse de la boucherie.
C’était probablement un cadeau proposé aux fidèles clients. Curieux comme cadeau, n’est-ce pas ?

Il y a encore 5 ou 6 ans j’achetais ma viande dans cette boutique. ( Bien sûr, plusieurs propriétaires s’étaient succédés depuis la Boucherie CANTOR (Allo, ici ce n’est pas la boucherie Sanzot, comme aurait dit Tintin ou le capitaine Haddock)
Actuellement cette boutique propose des vêtements féminins de luxe….

20/11/2008

LA SAINT GLIN-GLIN C'EST MAINTENANT

J'ai retrouvé par hasard un courrier envoyé en 1981 par la mairie de Dreux à mes parents. La municipalité de l'époquemedium_lettre_Numériser0001.jpg se disait prête àt à procéder à la pose d'un réseau d'eaux usés dans l'emprise de la rue de mes parents (termes relevés sur la lettre) Il était ainsi demandé à mon pére d'établir un plan pour désigner  l'emplacement souhaitédu branchement.
Mon père a fait scrupuleusement ce qui lui a été demandé...
Mais l'opération a été reportée à......la saint glinglin comme aurait dit ma mère....

Hé bien !, 
la Saint Glinglin, c'est maintenant....

Aprés 27 ans de report ça y est, ma maison est raccordée au tout à l'égout, enfin j'ai deux ans pour le faire.
Les travaux se sont terminé il y a un mois...
des trous partout ,de grosses machines... La Lyonaise des eaux en a profité pour retirer toutes les parties de tuyauterie restées en plomb...
Moi j'aurai bien voulu qu'on saisisse l'occasion pour  enterrer l'électricté et le téléphone et pourquoi pas installer le câble....
Cela sera pour
une autre fois...... 

En tout cas, les autorités sont venues constater l'achêvement des travaux et battre la semelle dans le gravier.

medium_hamel_travaux_tt_à_l_égout.2.jpg
Photo "Action Républicaine".

Pour la petite histoire : La taxe de raccordement en 1981 était facturée 1 500 F et en 2008 :  700 €.

31/10/2008

LE GRAND CHEMIN

J'ai revu tout récemment à la télé, le film "LE GRAND CHEMIN".
Un de mes film "Culte" 
 

"Dans les années cinquante, Claire, enceinte et abandonnée par le père de ses enfants, confie son fils Louis, un petit garçon de 9 medium_grand_chemin_51TNBJ6NHVL_SL500_AA240_.2.jpgans, à son amie Marcelle qui vit à la campagne à Rouans du côté de Nantes, avec son mari Pelo. Le petit parisien va découvrir la vie à la campagne et aider Marcelle et son mari à se libérer d'un lourd secret afin de prendre un nouveau départ."

Pour moi, il s'agit d'un film culte, car il me rappelle mon enfance dans les années 50.
 Bien sur je n'ai pas connu tout à fait l'histoire racontée dans le film.

Mais j'étais un petit gars de la ville qui venait s'encanailler à la campagne. j'y venais à vélo (7kms).

J'ai connu cette petite fille délurée, ce curée débonnaire. Malheureusement aussi témoin de l'alcoolisme...
L'église. Je ne montais pas sur le toit, mais grimpais dans le clocher pour tirer les cloches.
J'ai vu aussi arracher les yeux des lapins pour conserver leur sang, comme le fait Anémone...

Etc......

.

Générique du film : 


LE GRAND CHEMIN
envoyé par flachfilm

Des images du film.
Malheureusement sans le son.
Servant de support à Garou sur une chanson de Brel. Un enfant.

  • "LE GRAND CHEMIN" fut Nommé en 1988 pour le César du meilleur film
  • César du meilleur acteur pour Richard Bohringer
  • César de la meilleure actrice pour Anémone

 

20/09/2008

POUR L'AMI BALBUZARD.

J'ai retrouvé des cartes postales anciennes
qui peuvent trés bien accompagner les photos
actuelles mises par Balbuzard sur son blog.

Il ne s'agit pas de Dreux mais d'une commune limitrophe :
STE GEMME-MORONVAL.

.

-La petite gare de LURAY-MEZIERES

Avant :
L
a ligne de chemin de fer Dreux-Maintenon a été fermée aprés la guerre.
Je ne l'ai jamais vu fonctionner, même si elle servait de garage à wagons.
Les rails furent enlevé en 1970 ainsi que le pont à l'entrée de Moronval...

.

(A noter que LURAY avant 1960 s'appelait  LE LUAT CLAIRET ).

medium_babuzard_2.jpg

.

Maintenant (photo de Balbuzard) :

medium_gare_luray_mezières.jpg

.
.
-La Mairie de Ste Gemme.

medium_babuzard_1.jpg

.

.

-L'église St Symphorien de Ste Gemme . 
Bécheret (photo de Balbuzard) .

medium_St_Symphorien_de_Ste_Gemme.JPG

.

-Dans les années 1950/60, Il y avait à côté de l'église une baignade sur l'Eure, dite de "Becheret".

J'y suis allé plus d'une fois..
De bons souvenirs entre copains.

De Dreux en vélo (4 km à peine) on y venait pique-niquer....

Mais des cas de poliomyélite ont fait vite fermer cette baignade.

medium_baignade_de_becheret.JPG

.

Je rappelle le blog de Balbuzard :

 http://balbuzard.blogspot.com/

Notes pour Balbuzard à suivre....

dès demain.....

17/06/2008

DREUX- MA VILLE -4-

Les "durocasseries de Pierlouim" se tiennent pour l’instant un peu en retrait de l’actualité Drouaise…
Je ne suis pas souvent à Dreux en ce moment.

L’actualité de cette bonne ville est pourtant actuellement fertile en évênements festifs. (Fêtes des quartiers, des voisins, courses hypiques, aménagements nouveaux, etc )
En attendant, quelques photos pour remplir la note du mardi, normalement  consacrée à Dreux:

 

.
DREUX BUCCOLIQUE :

 

-Au centre ville.

medium_beffroi_et_blaise.IMG_1983.JPG
medium_jardIMG_2325.JPG

.

.

-Moutons à Rieuville prés de l'Hopital.

Ferme Gabenot.-J'ai vu ces moutons dans mon enfance, mes filles puis mes fillous...Mais cette présence ovine  devrait bientôt disparaître.

medium_moutons_2.JPG
medium_moutons_3.JPG

.
.

-Abreuvoir tari...J'y ai vu des vaches venir se désaltérer dans cette mare à l'époque remplie d'eau et de grenouilles.

medium_rieuville_1.JPG

 

.

-Bovins, aux Bléras, Bd Pasteur...En attente d'abattoirs ?....

medium_IMG_2380.JPG
.
-Ecluse sur la Blaise.
medium_IMG_2388.JPG

.
-Jardins ouvriers au guet aux ânes...
 

medium_IMG_2985.JPG
medium_IMG_2989.JPG

03/06/2008

DREUX- MA VILLE -3-

Les "durocasseries de Pierlouim" se tiennent pour l’instant un peu en retrait de l’actualité Drouaise…
Je ne suis pas souvent à Dreux en ce moment.

L’actualité de cette bonne ville est pourtant actuellement fertile en évênements festifs. (Fêtes des quartiers, des voisins, courses hypiques, aménagements nouveaux, etc )
En attendant, quelques photos pour remplir la note du mardi, normalement  consacrée à Dreux:

 

.
DREUX D'AVANT HIER, D'HIER ET D'AUJOURD'HUI:

 

PLACE MESIRARD..

Cette place n’était qu’une prairie, entre deux bras de la Blaise.

En 1859, le trajet de la construction de la ligne de chemin de fer de Versailles à Surdon (Qui deviendra Paris Granville) est adopté. La gare et la voie ferrée vont absorber les Champs St Gilles où depuis le XIIème siècle s’installent les foires
 La ville achète alors les terrains qui vont de la ruelle aux cochons à la ruelle des embûches pour recevoir les foires agricoles et les foires traditionnelles de la Saint Denis. Cette nouvelle place est inaugurée en 1862 pour la foire de la pentecôte. Elle se borde peut à peu de bâtiments.

 

1-Place St Gilles :

1902- Le nouvel Arsenal des Pompiers vient d'être  construit. (la cabane en bois provisoire qui le reçevait depuis l'éviction de l'ancien arsenal de la place Métézeau pour la construction de la Caisse d'épargne et de la Mairie est encore visible.).

medium_météseau_st_gilles_2.jpg

 

.

1905- La cabane a disparu .

medium_mésirard_st_gilles_2.jpg

 

.

2-Place Mésirard.

En 1906. Le Conseil Municipal décide de changer le nom de la place Saint-Gilles pour lui donner le nom de Mésirard, le maire de Dreux qui a fait aménager cette place.

 

1907-Le créateur de la carte postale se trompe sur l’orthographe de cette place nouvellement créée.

medium_Ellie_place_mésirard_ancienne..2.jpg
.

1942-Photo de sinistre mémoire pour les Drouais.

medium_ww_II_allemands_28100_dreux_june_1942_place_77_65.jpg

.

2008-Photo actuelle.

L’emplacement des foires a de nouveaux été déplacée, depuis les années 60. (J'ai connu à cet emplacement la foire de la St denis, les feux d'artifices du 14 juillet, les foires foraines et les cirques....)

 La place Mésirard accueille maintenant le Marché couvert, La médiathèque, l’Odyssée et le grand parking central.

medium_mésirard_1.JPG

 

-Cartes postales collection Pierlouim. Photo allemande sur internet.  

 

27/05/2008

SOUS L'CALOQUIER.

Poème en patois Drouais de charles Maillier.

medium_sous_l_cal_1a.jpg

Toute une vie drouaise est racontée sous le caloquier.

medium_sl_cal_1.jpg
medium_sl_cal_2.2.jpg
medium_sl_cal_3.3.jpg
medium_sl_cal_4.jpg
medium_sl_cal_5.jpg
medium_sl_cal_6.2.jpg
medium_sl_cal_7.jpg
medium_sl_cal_8.2.jpg
medium_sl_cal_9.4.jpg

medium_sl_cal_10.3.jpg

 

 

medium_sl_cal_11.4.jpg

29/04/2008

LA OU PAISSAIENT LES VACHES...

Je parlais mardi dernier du chemin de ronde du château de Dreux.
Le voici vu d'assez loin.

1-Vers 1910: Une  vache broute  paisiblement dans un pré.

medium_dreux_place_evesham.jpg

.
.

2-Aujourd'hui, au méme endroit.


A la place du pré le long de la rivière Blaise :
Le rond point de la place d'Evesham (Ville Anglaise jumelée avec Dreux).,
le commissariat de Police, Mac do, l'académie de billard et la maison inter génération Godeau .
La vache n'y reconnaitrait plus ses brins d'herbes....

medium_IMG_5903.JPG

 

08/04/2008

BIENVENUE cheu nou... à Dreux..

A Dreux aussi, autrefois, il y eut un patois, un accent particulier.
Dans mon enfance, dans les années soixante, quelques vieux Drouais parlaient encore un français d'Ile de France....
Mon parain, par exemple prononçait Dreux un peu comme Dreuille.

Charles Maillier (1886-1970) fut l'historien et le conservateur de l'ancien Dreux dans la première partie du siècle passé.... 

Charles Mailler, outre de nombreux ouvrages sur l'histoire locale et des pièces de théatre écrivit quelques recueils de poèmes et contes en patois drouais...

Je vous propose un poème de son recueil "sous l"caloquier".. (Sous le noyer)

medium_sous_l_cal_1.jpg

Je pense que vous pourrez le lire sans difficulté.

.
.
Juste quelques précisions avant de lire cette histoire de salades sur le marché de Dreux.

La semaine dernière, je vous parlais du marché de dreux peint par Frank Will.
Il s'agissait du marché aux textiles, place Métézeau.
Le marché aux produits alimentaires se trouvait place Rotrou.

medium_dreux-marché_rotrou.jpg

Dans les rues autour de  cette place avait lieu le marché aux "petits paniers".
Des personnes modestes venaient vendre le produits de leur jardin (fruits et légumes de saison, oeufs, poulets, lapins etc).
Ces marchandises étaient présentées dans des paniers en osiers posés à Même le sol sur les trottoirs.(comme on le voit sur cette carte 1900)

medium_Dreux-marché_rotrou_2.jpg

Dans les années.cinquante, une des  tantes de ma mère habitant le petit village de Serville (12 kilométres de Dreux ) se rendait chaque lundi matin au marché de Dreux, par le train, pour vendre la modeste récolte de son jardin.
Elle été agée de plus de sointe-dix ans à lépoque.
Elle arrivait  Place Rotrou avec deux gros paniers à chaque bras remplis de salades, pommes, oeufs etc...
Le midi, ayant vendu le contenu de ses paniers elle venait chez mes parents pour déjeuner.
Moi je l'aimais bien la Tante Berthe, car elle me ramenait toujours quelques bonbons d'en ville.
Elle parlait avec un patois Drouais complêtement disparu maintenant.
Puis elle repartait chez elle par le train, toujours avec ses deux paniers qui, cette fois, contenaient de menus achats faits sur le marché.

Voici donc le texte de Charles Mailler. (J'ai l'impression d'entendre  la tante Berthe raconter son marché du matin) :

medium_sous_l_cal_2.jpg
medium_sous_l_cal_3.jpg
medium_sous_l_cal_4.jpg
medium_sous_l_cal_5.jpg

medium_sous_l_cal_6.jpg

La semaine prochaine je vous proposerai un autre poème "patoisant".....

01/04/2008

DREUX EN PEINTURE : JOUR DE MARCHE.

Je remercie BALBUZARD d'avoir exposé sur son blog la très belle gouache de Frank WILL.

DREUX jour de Marché.

medium_DSC_0002.jpg

-J'ai retrouvé sur le net, toujours sur le même thème (Jour de marché à DREUX -Frank WILL) mais cette fois ci en aquarelle.

medium_frak_will_dreux_marché.jpg

-Curieux j'ai dans l'oeil de ma mémoire un tableau (huile) toujours sur le même thème et du même peintre..
Mais oû.?. je n'en ais pas souvenir.

Peut-être au musée Marcel DESSAL ? Il faudra que je vérifie.....

 

.

Frank WILL (1900-1950)

Fils cadet du peintre Frank Myers Boggs, Frank-Will fut une figure familière de la Butte Montmartre. Il reste le témoin, parfois l'acteur d'une bohème aujourd'hui moribonde. Ce rôle de "viveur", de rapin qu'il tiendra jusqu'à la fin, a peut-être nui, en définitive à sa réputation : le peintre vaut mieux que sa légende et le grouillement coloré de ses rues parisiennes trahit un coloriste d'une sensibilité beaucoup plus fine que celle qui apparaît sous la rude écorce du personnage.
Ce paresseux est un travailleur acharné, cet anarchiste brûle de s'exprimer, de s'attacher à son métier de peintre. Une originalité indéniable se dégage de son naturalisme.

 

.

Pourquoi Frank WILL est-il venu peindre à Dreux, lui le Montmartrois Franco-Américain ?.
Etait-il ami avec Montézin ou Bellanger les peintres de Dreux de l'époque ?

.

.

Bon, en attendant une réponse peu probable, voici un autre tableau plus ancien présentant la même scène.

medium_IMG_5715.2.JPG
  

-Des cartes postales (1920)du même endroit. mais sans marché. A la place, un mariage). 

medium_beffroi_3.2.jpg

 

medium_IMG_3849.JPG

-Photos de la Place actuelle. Le marché n’a plus lieu à cet endroit (Place Métézeau ) depuis longtemps ... 

medium_IMG_2841.JPG
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique